LEGENDES CREUSOISES

Les traditions, us et coutumes, le patois, contes et légendes, vieux outils...
Répondre
Avatar du membre
MOA
Blé en herbe
Blé en herbe
Messages : 318
Enregistré le : lundi 26 février 2007 16:31

LEGENDES CREUSOISES

Message par MOA » vendredi 07 mars 2008 16:40

Le Pont du Diable







Jadis, il n'y avait pas de pont, pas même une passerelle, sur la Creuse à Anzème et il fallait effectuer tout un détour pour aller faire moudre sa farine au moulin du Bourg d'Hem qui se trouvait de l'autre coté de la rivière.

Les habitants se cotisèrent pour faire construire un pont à l'endroit où il se trouve actuellement; Mais chaque fois que les dernières pierres allaient être posées, le Diable poussait les nuages vers les gorges et la pluie tombait si fort que le pont était emporté.



Tant et si bien que plus aucun maçon (et pourtant les maçons creusois sont réputés) ne voulut entendre parler de construire quoique se soit au dessus de cette rivière maudite. Tout le monde était bien marri et chacun y allait de ses solutions plus invraisemblables et abracadabrantes les unes que les autres, Quand un soir, le Diable en personne se présenta à la porte du moulin.

"Moi Satan, dit-il, je me fait fort de vous construire ce pont en une seule nuit avant que le coq ne chante,

à condition toutefois que l'âme du premier être vivant qui passera dessus m'appartienne.

Je viendrais chercher ma réponse demain". et il s'évanouit dans une forte odeur de soufre.



Tous étaient d'accord pour passer le pacte, mais personne ne voulait sacrifier son âme. Celle de son voisin ... Oui ! mais la sienne ah non jamais ! La discussion commencait à tourner à l'orage et les insultes fusaient quand la fille du meunier s'avanca et dit : Je veux bien aider mon père et tous nos voisins, j'irais donc.



Le meunier pleura et tenta de faire revenir sa fille chérie sur sa décision sans succès. L'accord fut conclu et par une nuit sans lune le diable commenca ses travaux. Il allait vite, l'aube était encore loin alors que le pont était quasiment terminé (Il ne manquait qu'une seule pierre à l'édifice) quand, soudain, le coq se mit à chanter. La fille du meunier sage et astucieuse avait allumé une chandelle au poulailler et messire coq croyant voir poindre le jour avait lancé un "cocorico" retentissant. Le Diable honteux de s'être fait avoir jura que le pont ne serait jamais terminé. C'est pourquoi, même aujourd'hui, il manque toujours une pierre au pont.

Si vous passez par Anzème, Cherchez bien et vous trouverez la pierre absente ...



[Vous devez être enregistré et connecté pour voir les liens]
Grand est celui qui n'a pas perdu son cœur d'enfant.

Kenavo

MOA

Ce sujet a reçu 10 réponses

Il est nécessaire d’être enregistré comme membre et d’être connecté au forum pour consulter les réponses à ce sujet.


S’inscrire sur le forum Connexion
 
Répondre